Archives

Acte III : Les saisons

Le vent de l’automne souffle dans nos cœurs

le vent de l'automne
Photographie Alexandre Fambo ©

Avant-propos
Il y a des vents doux et frais comme des premiers baisers,
Des vents timides comme les retrouvailles de deux âmes sœurs,
Des vents qui soufflent à l’envers pour dévier nos pleurs,
Et des vents humides et salés comme les larmes des cœurs brisés.

Il y a des vents qui nous aveuglent comme l’amour,
Des vents qui nous charment comme des troubadours,
Des vents qui nous renversent comme des nostalgies amères,
Et des vents des océans qui nous donnent le mal de mer.

Certains cœurs ont connu de faux émois,
De faux rêves et de fausses joies.
Maintenant, seul le vent peut les émouvoir
Car Il souffle et remet leurs sentiments à l’endroit.

Pas de commentaires
Acte III : Les saisons

Automne, mon bel automne

Automne, mon bel automne
Photographie Alexandre Fambo ©

Voici venu l’automne, voici venu le moment où la nature danse. Le vent d’automne entraîne nos pensées vers la nostalgie et c’est toute la beauté du monde qui rayonne dans nos yeux. L’automne, c’est le temps de tous les souvenirs et celui de tous les regrets. L’automne lève le voile sur nos sentiments et fait frissonner nos cœurs.

Pas de commentaires
Acte I : Les amours

J’ai laissé tomber des mots d’amour sur mon chemin

Je vous conseille de mettre cette musique en arrière-plan avant de commencer la lecture de cet article, car c’est le rythme de cette musique qui m’a inspiré : Chère Louise – Georges Delerue.

C’était un soir d’automne, ce soir là, un léger vent frais soufflait sur les branches des arbres et les feuilles mortes, d’un jaune brillant, ornaient la route qui me servait de chemin. Je marchais sur les trottoirs les bras écartés et la tête rivée vers le ciel. J’étais comme poussé par l’espoir. Peu à peu je sentais se dissiper l’épaisse couche de brume qui enveloppait mon cœur. Et au fur et à mesure que mon cœur retrouvait la vue, je me perdais dans mes souvenirs. Je voyais apparaître face à moi, le visage de cette fille que j’avais rencontrée un soir en hiver autour d’un repas chaud.

Pas de commentaires