Acte V : Les correspondances

Sonnet du soir

 

Sonnet du soir
Photographie Nagi Fero ©

Quand, le soir, ma pensée s’émeut
De ta rencontre au printemps;
Il pèse dans mon cœur, l’instant
D’un moment précis et joyeux.

Comme un souvenir fragile;
Je perçois l’air de tes appas
Sous la cadence de tes pas,
Qui rythme mes rêves fertiles.

Et, je puise dans tes yeux purs;
L’encre fine de l’aventure
Qui amarre par des vers sages.

Dès lors, j’ai la vague à l’âme
d’une passion brute qui rame
Vers le large de ton visage.

Pas de Commantaires

écrire une reponse