Acte I : Les amours

Contemplation

Contemplation
Photographie Alexandre Fambo ©

J’ai, pour séduire sa beauté,
Bâti un château de vers
Sur un champ de lauriers.

Sa silhouette agite l’air
Tel un nénuphar des mers
Calmes et tempérées.

Son corps, fantasme amer
Pour des amants égarés,
Captive, telle une fée,
L’esprit viril
Des hommes aguichés.

Sa chevelure est le Nil
Des passions déchainées.
Elle brille comme une méduse
Dans les profondeurs agitées
Des âmes en quête de muse.

Ses jambes sont un temple
Où les fidèles contemplent,
En silence, chaque détail
Comme un vitrail.

Ainsi, pur comme l’air,
Son parfum, aux senteurs
Des fleurs Baudelaire,
Réveille nos sens intérieurs.

C’est au port de ses yeux,
Que les marins paresseux,
Jettent l’ancre en allure
Pour s’enivrer de sa nature.

Car, ses lèvres rouges Stendhal,
Où s’échappent des mots Verlaine,
En écho cathédrale,
Inspirent [au poète] une ivresse saine.

Pas de Commantaires

écrire une reponse